15 juillet 2021


Cet été, les amateurs de sport se réjouissent du retour des Jeux Olympiques! Retardés en raison de la pandémie de COVID-19, les Jeux commenceront le 23 juillet à Tokyo, au Japon. Comme le nombre de spectateurs sera limité, il est plus essentiel que jamais d’avoir la bonne équipe avec soi cette année. La thérapeute du sport agréée (CAT(C)) Andrea Prieur nous a offert sa perspective sur sa présence aux premières lignes avec nos athlètes pour maximiser leur performance.

Ayant découvert le domaine en raison d’une déchirure au LCA qu’elle avait subie, Andrea a participé à trois des derniers Jeux Olympiques d’été pour travailler avec les athlètes canadiens. Son parcours vers les Jeux a compris un processus de demande rigoureux et un engagement d’un mois à être présente de la cérémonie d’ouverture à la fermeture des Jeux.

La thérapie du sport aux Jeux
Le volume de travail d’Andrea et des autres thérapeutes du sport va radicalement changer pendant les Jeux, surtout si on le compare au travail à domicile. Bien des thérapeutes du sport ont travaillé à la maison en raison de la COVID-19 et offert des services à distance. Cependant, aux Jeux Olympiques, les thérapeutes du sport doivent être dans les coulisses avec nos athlètes, vivant de longues journées de travail pour appuyer les athlètes avant, pendant et après leurs Jeux. Le fait de voyager avec les meilleurs athlètes canadiens et de pouvoir les encourager est une partie importante de leur rôle à Tokyo, surtout pendant l’entraînement, car la famille et les amis ne pourront pas être présents. Cela signifie que le rôle des thérapeutes du sport sera plus important, comportant plus de responsabilités, mais Andrea sait qu’il vaudra la peine de motiver les athlètes et de leur fournir des soins sur place.

Rôle de fournisseurs de services de santé essentiels
Les thérapeutes du sport d’Équipe Canada sont la principale équipe de fournisseurs de services de santé auxquels les athlètes ont accès pendant les Olympiques et ont leur propre stratégie pour assurer la sécurité de tous. La pandémie n’a pas eu d’effet sur les rôles de l’équipe des services de santé, mais plusieurs des membres du personnel de la mission travailleront à domicile. Bien que le nombre de praticiens de la santé qui doivent participer aux Jeux n’ait pas changé, un moins grand nombre d’athlètes se déplaceront pour les compétitions. Comparativement aux années précédentes, seulement 70 pour cent du nombre habituel d’athlètes sont qualifiés pour les Jeux. Comme il y a moins d’équipes, les fournisseurs de soins de santé qui ont besoin d’un accès aux athlètes, comme les thérapeutes du sport, peuvent séjourner dans le village avec eux, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Premiers répondants et soins d’urgence
Le Canada fait en sorte qu’une équipe complète appuie les athlètes afin qu’ils ne dépendent pas des services médicaux de l’hôte en cas de blessure, contrairement à certains autres pays. Si un athlète se blesse, il consultera d’abord un médecin canadien, qui posera un diagnostic selon son champ de pratique. Un thérapeute du sport pourrait être la première personne à répondre à l’appel si des blessures se produisent sur le terrain ou pendant une épreuve.

Les plans de traitement élaborés par les thérapeutes du sport correspondent aux besoins de l’athlète, par exemple un rétablissement pour pouvoir participer à une compétition, et dépendent du moment de la blessure et du calendrier des événements. Équipe Canada s’assure également d’emporter toutes les modalités et aides au rétablissement communément employées au Canada afin que les athlètes reçoivent le même traitement qu’à domicile, sans surprises.

Conseils d’une CAT(C)
Andrea conseille à tous les futurs thérapeutes du sport qui espèrent participer aux Jeux Olympiques de faire du bénévolat dans le domaine! Il est essentiel d’offrir son temps et son expertise pour renforcer son CV et, chose plus importante encore, de réseauter pour trouver des débouchés intéressants. Elle recommande également de se concentrer sur un domaine de la thérapie du sport pour se spécialiser, ou sur une équipe pour établir des relations. Il est important d’aller un peu plus loin et d’améliorer ses capacités de communication et sa prestation de compétences, ce qui renforce sa capacité de partager ses connaissances et ses compétences. Enfin, elle recommande de s’entourer de « collègues qui deviennent vos amis et n’ont pas peur de vous donner des conseils francs. »

Au cours de sa propre carrière, Andrea a reçu d’excellents conseils, notamment d’être le plus active possible au sein la communauté de la thérapie du sport, de s’inscrire à tout pour découvrir ce qu’on recherche et ce qui se passe, et finalement de travailler dans de nombreux milieux différents dès que possible pour cerner le domaine sur lequel vous voulez vous concentrer.

Comme elle travaille dans le domaine de la thérapie du sport depuis longtemps, Andrea tâche de faire connaître la profession par le biais de conversations positives sur ses points forts et le travail extraordinaire que les gens y ont fait. Elle est également mentor afin de favoriser les liens au sein de la profession, et comme elle a été membre des conseils de l'ACTS et de l’OATA, elle a pu défendre le travail des associations et tout ce qui concerne la formation continue.

Andrea espère que l'ACTS et la thérapie du sport seront mieux connues par l’ensemble de la population. La mise en vedette accrue du travail des thérapeutes du sport encouragera et motivera les futurs thérapeutes du sport grâce aux possibilités infinies qu’offre le domaine.

Si vous avez aimé cet aperçu du rôle de la thérapie du sport aux Jeux Olympiques, n’oubliez pas de nous suivre sur Instagram et sur nos nouvelles pages Facebook et Linkedin, alors que nous vous offrirons d’autres coups d'œil captivants sur le domaine de la thérapie du sport!